En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.

Nouvelles

Il s'agit de plantes communes dans les prés calcaires, abondantes depuis une quinzaine de jours en bordure de chemins et dans les champs. Ces fleurs, appelées primevères en français, "lo cocut" en occitan (prononcer : lou coucu), ont la particularité de fleurir au printemps, au moment de l'arrivée du coucou en Europe. Tous deux ouvrent donc le bal du printemps. Cela dit, un décalage de plus en plus fort tend à apparaître, car la floraison des primevères commence de plus en plus tôt avec le réchauffement climatique alors que l’oiseau n’a pas beaucoup changé ses dates d’arrivée. Ainsi, pourrait-on arriver dans quelques décennies à un décalage culturel complet !

En Corrèze, peut-être aussi à Gignac, on appelait coculeus (prononcer : couculèou) ou cocudaus (prononcer coucudaou) les agneaux nés après le 15 avril, lorsque le coucou avait chanté.

Lire la suite